La Main à l'Oreille - L'association

MENU 

La main à l’oreille
14 impasse des Jardins
94230 Cachan
lamainaloreille@gmail.com

 

ContactMentions légales 

compteur, fr.web-counter.net

Voici (traduit de l’espagnol) le texte que Mariana a écrit pour elle :

Ma sœur petite goutte de pluie,
A fini sa dispute avec Dieu.


Après avoir lutté comme jamais vu,
Claudia a accepté de partir.
Et devenir divinité,
Esprit libre mouette,
Et papillon.


 

Nous l’avons accompagnée dans son combat
De la manière la plus digne possible.
Et, suivant son rythme,
Nous avons su ensemble entendre quand il fut temps de la ramener à la maison.


Et c’est là qu’en deux jours
De retour dans son territoire, sa maison aimée,
Accompagnée de tout notre amour
Et de notre admiration,
Elle est partie hier 3 septembre à 19:15.


Je dis qu’elle est partie
Mais elle a su bien mieux rester
Eternelle et belle parmi nous
Entourée de ses objets.


En ces temps terribles du Covid de merde,
Toute personne qui meurt
Avec les symptômes de ma chère sœur (pneumonie pulmonaire multi focale),
Est considérée comme devant être inhumée en tant que personne Covid.
Rage immense.


Et donc ils sont venus prendre le corps
Et les petits os de mon aimée
Ma jolie mouette.


Ils l’ont emmenée dignement.
Nous avons eu le temps d’être avec elle
Et de lui dire au revoir.


De là,
Dans la solitude d’un anonymat,
Ils s’occuperont de son corps pour l’incinérer et nous donneront ses restes
Dans une jolie boîte toute simple
Que mes frères ont choisie
Pour sa dernière transformation.


Et samedi nous sera livrée, la petite boîte avec ses cendres
Et la nuit aura lieu une messe
Avec ceux qui souhaitent et peuvent y assister.


Alors Cléo, mouette et papillon, sera de retour à la maison,
Et ce sera une fête,
Une retrouvaille
Un autre chemin.

Claudia, mi hermana gotita de lluvia

Par  Mariana Alba de Luna

Claudia, petite soeur de Mariana, qui mettait sa main à l’oreille pour écouter les fourmis, s’en est allée en ces temps de COVID poursuivre avec Dieu sa discussion. Nous sommes profondément attristés, mais réconfortés cependant qu’elle ait pu partir entourée de sa famille dans sa maison natale à Aguascalientes et que Mariana aie pu la retrouver pour passer avec elle ses derniers jours et l’accompagner dans sa lutte courageuse.

 

Voici (traduit de l’espagnol) le texte que Mariana a écrit pour elle :