La Main à l'Oreille - Portail Autisme

La main à l’oreille
14 impasse des Jardins
94230 Cachan
lamainaloreille@gmail.com

 

ContactMentions légales 

compteur, fr.web-counter.net

Rencontres Internationales autour des Pratiques Brutes de la Musique les 6 et 7 mars aux Voûtes (Paris XIIIè).

Un programme génialissime !

 On pourrait dire que les Pratiques Brutes de la Musique doivent marcher sur deux jambes, l’une qui vise à repérer et soutenir la singularité, l’unique en son genre et l’autre qui permet le branchement sur le collectif. » Nous ne saurions mieux dire ! 

La main à l’oreille sera aux ateliers participatifs, avec Enzo et Louis !!

 

« Cher(e)s ami(e)s, le collectif La Belle Brute s’associe à Sonic Protest pour vous annoncer les prochaines Rencontres de Pratiques Brutes de la Musique. Vous trouverez tout le détail ci-dessous, mais sachez pour les personnes sensibles aux parcours obliques ou hors-normes, qu’il s’agisse de pratiques artistiques ou de façons d’être au monde, que ces Rencontres sont gratuites, largement ouvertes à chacun(e), et même reconnues par la formation permanente pour les professionnel(le)s, via le soutien de la Fondation L’Elan Retrouvé. Alors, n’hésitez pas à venir ou à faire tourner l’information dans vos réseaux. Merci d’avance et à très vite ! » Olivier Brisson.

Rencontres Internationales
autour des Pratiques Brutes de la Musique

Musique libre et Handicap 4

En partenariat avec la fondation l’Élan Retrouvé
Avec le mécénat d’Entreprendre Pour Aider

VENDREDI 6 & SAMEDI 7 MARS 2020 – LES VOÛTES

19 Rue des Frigos, 75013 Paris

— S’inscrire aux journées tout de suite —


Déjà la quatrième édition des Rencontres Internationales autour des Pratiques Brutes de la musique !

Nées en 2017 pour mettre en valeur les liens entre la pratique d’acteurs des scènes expérimentales internationales et celle de personnes à priori (plutôt) éloignées des réseaux artistiques mais accompagnés dans d’autres réseaux, ceux du médico-social ou de la santé mentale.

Ou comment, en déplaçant le regard, des stigmates du handicap ou de la déficience vers la particularité dans l’expérience, les frontières deviennent poreuses et délogent joyeusement les uns et les autres de leurs places assignées. Parce qu’en abordant la rencontre par le prisme du sensible, le partage d’un terrain de jeu est largement possible.

Ces deux jours d’échanges se tiendront cette fois aux Voûtes.

Aussi, elles inaugurent un nouveau partenariat avec la Fondation l’Élan Retrouvé : il offre aux Rencontres d’être proposées en tant que séminaire aux professionnels dans le cadre de la formation permanente.

Et comme parler d’échange se met aussi en pratique, nous invitons cette année d’autres collectifs à alimenter la conversation et colorer de leur style les journées.

Ainsi le collectif Encore heureux proposera sur les deux jours : un atelier Cuisine à l’image de celui qui se construit chaque année (pendant les rencontres Encore heureux …à la Fonderie au Mans), mais aussi une table ronde où il invitera le philosophe Stéphane Zygart, ainsi que des membres de La Trame qui travaillent en Seine St-Denis.

Une carte blanche est offerte également aux amis de BrutPop, activistes des réappropriations techniques autour de la physicalité du son.

Enfin l’équipe du journal Le Papotin nous fera une séance spéciale d’interview atypique d’un invité, qui sera tout à fait spécial également….

Autour de ces invitations, d’autres temps forts viendront scander ces journées : des tables rondes, des performances, des impromptus, des témoignages, des ateliers participatifs et des intervenants tels que le psychiatre, chercheur spécialiste de l’autisme Bruno Gepner, le psychologue Gilles Mouillac et des usagers du Nom Lieu, Caroline Capelle et Ombline Ley, les réalisatrices du film Dans la terrible jungle, Ophélie Lefevre et ses éducateurs Bastien Gournay et  Jean-claude Senocq, l’auteur Philippe De Jonckheere, le sérigraphe Igor Boyer(Hors-cadre)…

Là, des pratiques concrètes et des échanges d’expériences sur les inventions et trouvailles personnelles ou sur les stratégies collectives ou institutionnelles seront mis à l’honneur.

Ces choix et initiatives qui défendent au quotidien une pratique « sur-mesure », loin des standards de l’accompagnement ou de la création prêt-à-porter. Une pratique qui doit s’inventer et se réinventer systématiquement pour garder sa vitalité sans avoir peur d’être franchement en marge des canons classiques.

On pourrait dire que les Pratiques Brutes de la Musique doivent marcher sur deux jambes, l’une qui vise à repérer et soutenir la singularité, l’unique en son genre et l’autre qui permet le branchement sur le collectif. C’est donc aussi une ouverture à d’autres discours que ceux du handicap ou de la maladie, une ouverture à d’autres lieux, d’autres rencontres, d’autres projets.

VENDREDI 06 MARS

9h00-9h30 : accueil public / café

9h30-10h30 : Conférence de Bruno GEPNER : « Bénéfices de la lenteur et de la musique pour les personnes autistes »

Bruno Gepner est psychiatre, chercheur associé et chargé d’enseignement à Aix-Marseille université, président de la Fédération autisme vie entière mais aussi musicien, il vit et exerce à Aix-en-Provence. 

Depuis de nombreuses années, Bruno Gepner ne cesse de chercher à préciser les particularités potentielles du traitement du temps chez les jeunes autistes. On lui doit de nombreuses études sur les modulations de vitesse et l’intérêt du ralentissement des flux dans le traitement de l’information. Mais il est également fondateur du GAAM (Groupe d’Adultes Autistes Musiciens) dont la pratique s’appuie sur l’improvisation musicale. Nous ne pouvions rêver mieux pour ouvrir nos rencontres.

10h30 – 11h00 : Improvisation collective Avec Bruno Gepner (violon) et des membres des Harry’s (Hôpital de Jour d’Antony).

11h00 – 12h30 : Ateliers participatifs (avec Enzo et Virginie Schott, La main à l’oreille)

12h30 – 13h45 : Repas préparé dans le cadre d’un atelier cuisine animé
par le collectif Encore Heureux…

13h45 – 14h00 : café des participants

14h00 – 15h00 : Table ronde #1 : le surgissement d’une figure dans la jungle

Avec Ophélie Lefèbvre (chanteuse, ex-usagère de l’IME la Pépinière de Loos), Bastien Gournay, Jean-Claude Senocq (éducateurs de l’IME La Pépinière, Loos), Ombline Ley et Caroline Capelle (Réalisatrices du film « Dans La Terrible Jungle » tourné à l’IME la Pépinière de Loos). Modérateurs : Olivier Brisson & Julien Bancilhon. 

Après la vision du film d’Ombline Ley et Caroline Capelle, une figure nous reste en tête, longtemps, très longtemps après, c’est celle d’Ophélie Lefèbvre qui éblouit par sa présence. On se dit alors qu’il serait intéressant d’en savoir plus sur son rapport au sonore, avec elle, avec ceux qui l’ont accompagné depuis des années, et avec celles qui, dans des heures et des heures de rush, ont fait le choix de lui donner cette place centrale dans leur film. 

15h00 – 15h30 : « La musique et moi » #1 : Témoignage d’un(e) journaliste du Papotin

15h30 – 17h00 : Table ronde #2 : Joie & paradoxes dans la constitution
d’un groupe d’artistes accompagnés en institution

Avec Philippe Duban (directeur de la Cie Théâtre et Voix Turbulences ! et des Chapiteaux (dont un E.S.A.T. notamment), Olivier Couder (metteur en scène, fondateur de la compagnie et du Pôle Ressource Théâtre du Cristal ), Laurent Milhem (chef de service au F.A.M. Alternat/Alternote et musicien de Percujam), Julien Bancilhon (psychologue et membre du collectif de musique expérimentale Les Harry’s). Modérateur : Moïse Assouline, Médecin, coordinateur du pôle autisme de la Fondation l’Élan Retrouvé, et président de « Le Papotin Fenêtre sur la Ville »)

Comment se pratique ou non la sélection, « le casting », quand on travaille avec des personnes accompagnées dans des institutions relevant du handicap (mental, psychique) ou des TSA (Troubles du Spectre de l’ Autisme) ? Cette question interroge nécessairement les professionnels qui sont confrontés à la fois au besoin de soutien singulier, spécialisé, de toutes et de chacune de ces personnes, et à la nécessité de constituer un groupe musical, une troupe. Chacun doit y trouver sa place, mais c’est aussi un collectif qui doit avoir une productivité culturelle ou artistique, osant la scène et le regard du public ordinaire. Cette question interroge aussi le public de ces prestations qui se demande : qui sont les artistes dans ces ensembles ? Dans cette table ronde, nous chercherons à en savoir davantage avec des responsables d’institutions et des responsables de groupes artistiques.

17h00 – 18h00 : SÉANCE DU PAPOTIN invité(e) surprise

18h00 – 18h30 : Restitution de L’atelier de Julia HANADI AL ABED avec les étudiants de Paris 8 et de la HEAR et les journalistes du Papotin.

19h30 : CONCERTS + surprises
8€ (+ frais de location) en prévente / 10€ sur place
ELECTRIC FIRE [UK] 
FANTAZIO ET LES TURBULENTS [France]
Réserver !!!